• Photo: Maksym Kudymets
    Devant vous – un projet photo qui raconte l'histoire contemporaine de l'Ukraine. L'histoire présentée embrasse la période de novembre 2013, du début de la Révolution de la Dignité jusqu’à nos jours.
  • L’État Ukrainien a plus de mille ans, la nationalité ukrainienne prend ses racines de la Rus’ de Kiev médiévale. Pendant des siècles les Ukrainiens aspiraient à leur propre État en commençant des guerres et en soulevant des insurrections pendant que leurs voisins plus forts étaient en train d’envahir leur pays.
  • Photo: H. Pshenychny Central State CinePhotoPhono Archive of Ukraine
    Vers la moitié du XVII siècle la Moscovie était obsédée par l'idée de retirer à tout prix les Ukrainiens de l'espace européen et de les rattacher à son empire. Ils continuaient à le faire pendant trois siècles, jusqu'à la chute du dernier empire Moscovite – empire Soviétique.
  • Photo: Yurko Dyachyshyn
    C’est pourquoi à partir de l’an 1991, en surmontant les problèmes de l'économie post-soviétique et la passivité des fonctionnaires post-communistes, les Ukrainiens tenaient à revenir au monde européen.

Intro

  • Photo: AP
    En 2011, le Président de l'Ukraine Viktor Ianoukovitch a annoncé le soutien du choix européen du peuple ukrainien et sa volonté de s’intégrer aux structures européennes. Le pas important en voie de l'intégration était la signature de l’accord d'association avec l'Union européenne, qu’on préparait à partir de 2007. La plupart des Ukrainiens ont soutenu l'intégration avec l'UE. Le seul État qui n'était pas content du vecteur externe de l'Ukraine était la Fédération de Russie.
  • Photo: Sergei Karpukhin, REUTERS
    Elle a commencé à faire pression sur la direction de l'Ukraine pour empêcher la signature de l'accord. Le président russe Vladimir Poutine essayait de forcer Viktor Ianoukovitch à l'aide du chantage et de la corruption, à refuser l'avenir européen de l'Ukraine. Cela s’explique par le fait qu’à partir du XVII siècle les Russes croient que l'Ukraine est une de leur zone d'intérêts géopolitiques, soi-disant "ruskiy mir (monde russe)". Même pendant le XXe siècle, les autorités russes ont montré au monde à plusieurs reprises leurs mauvaises intentions envers l'Ukraine; la destruction de la République Populaire Ukrainienne en 1920, la famine artificielle qui a tué 6 millions d’Ukrainiens en 1932-1933, "Renaissance Exécutée", l’extermination des intellectuels ukrainiens en 1936-1938.
  • Photo: Sergei Grits, AP
    En novembre 2013, quelques jours avant la signature de l'accord, Ianoukovitch, cédant à l'intervention et à la pression russe furieuse, annonçait l’ajournement de la signature de l'accord. Cela provoqua l'indignation des gens, les citoyens de l'Ukraine ont interprété ce pas comme une fraude. Cette décision a été interprétée par les dirigeants européens de la même façon.
  • Photo: Ryan Anderson/Flickr/Creative Commons
    Le 21 novembre 2013, d'abord à Kyiv, puis dans d'autres villes de l'Ukraine ont démarré des manifestations de masse, qui ont été appelés "Euromaydan"("Place européenne"). Ce nom est originaire de la place principale de la capitale de l’Ukraine - la Place de l'Indépendance, où, auparavant, se sont passées la "Révolution sur le granit" en 1990, qui a donné lieu à l'indépendance de l'Ukraine et la "Révolution orange" en 2004, qui n'a pas permis à Viktor Ianoukovitch de falsifier les résultats de l’élection présidentielle.
  • Photo: Oleksandr Piliugin
    Les citoyens sortaient dans les rues et sur les places en exigeant au président de signer l’Accord d'association le 29 novembre au cours du sommet "Ukraine – UE", comme cela avait été prévu.
  • Photo: Konstantin Chernichkin
    Le moteur des manifestations pacifiques étaient présenté par des jeunes gens et des intellectuels - journalistes, personnes de la culture ainsi que des personnes publiques. Cependant, tous les segments de la population ont participé aux démonstrations de masse – le mouvement pour l’intégration de l’Ukraine à l'UE est devenu national.
  • Photo: Petro Zadorozhnyy
    Dans le cadre des actes des autorités – corruption, "népotisme" et contribution au banditisme - la signature de l'Association a été considéré par des citoyens comme une chance de changer de situation. C'est pourquoi le refus de l'intégration européenne a été considéré par beaucoup de gens comme la perte de la dernière chance de moderniser le pays.
  • Photo: AFP/tsn.ua
    Dans la nuit du 30 novembre les escouades spéciales de police ont violemment chassé une manifestation pacifique des étudiants sur la Place de l'Indépendance à Kyiv.
  • Photo: REUTERS
    À la suite de l'utilisation illégale de la force des dizaines de personnes ont été emmenées à l'hôpital. Toute la nuit la police a cherché les manifestants dans le centre-ville afin de les conduire au poste de police.
  • Photo: Sergei Chuzavkov, AP
    La même approche visant à chasser les manifestations civiles est utilisée depuis de nombreuses années en Russie. Mais en Ukraine cesévénements étaient inédits, c’est pourquoi il a tout de suite rendula société plus radicale.
  • Photo: Volodymyr Shuvayev, AFP
    Après quelques mois, sur les réseaux sociaux, les Ukrainiens commenceront à trouver, sur certaines pages des militaires et des policiers russes les photos où les représentants des forces de sécurité russes sont déguisés avec des tenues de la police ukrainienne et des escouades spéciales.
  • Photo: Maks Trebuhov
    Les gens qui ont été blessés sur la Place de l'Indépendance et chassés par la police, ont trouvé le refuge dans le monastère de l'Église orthodoxe ukrainienne Saint-Michel du Patriarcat de Kyiv. L'Église a permis aux manifestants de se cacher, de se reposer et d’obtenir les premiers soins.
  • Photo: Mstyslav Chernov
    Dans la soirée du 30 novembre sur la place devant le monastère a eu lieu une manifestation spontanée, environ 25 000 personnes y ont participé, ils étaient indignées des actions du gouvernement.
  • Photo: Lazlo Belichay, EPA
    Sur le territoire de la cathédrale est créé le foyer des manifestants. Les citoyens commencent à apporter là-bas des vêtements chauds, de la nourriture, de l'argent.

Novembre

  • Photo: Kostiantyn Chernichkin
    Le 1er décembre 2013, plus d’un million d'Ukrainiens sont sortis dans les rues de Kyiv pour participer aux manifestations exigeant de punir les agresseurs d'étudiants, et retourner vers la voie de l'intégration européenne. Les mêmes marches ont eu lieu dans des dizaines de villes ukrainiennes.
  • Photo: Natalia Kravchuk
    Pendant ces réunions, les citoyens exigeaient le départ du gouvernement, la punition du ministre de l'Intérieur Vitaly Zakharchenko et des exécuteurs directs de l'ordre criminel. Cette manifestation ainsi que les futures ont reçus un ancien nom ukrainien - "vitche" (c'est-à dire "vétché").
  • Photo: Maksym Balandiukh
    L'attention du monde entier a été attiré sur les protestations ukrainiennes, les médias principaux du monde entier ont parlé des coups sur la population et de la Marсhe des millions. En même temps, les chaînes de télévision russes réalisaient ce qui serait appelé plus tard la "propagande du Kremlin"- dans des nouvelles russes il s’agissait de "quelques petits groupes de manifestants" et de "fascistes" dans le centre-ville de Kyiv.
  • Photo: Sergei Chuzavkov, AP
    Toutefois, Poutine continue à "convaincre" Ianoukovitch de la justesse de ses actes en lui proposant un crédit d'un montant de 3 milliards de dollars, ainsi que d'autres préférences économiques. La Russie ne veut toujours pas admettre que de plus en plus d'ukrainiens se manifestent contre son allié-marionnette.
  • Photo: GLEB GARANICH, REUTERS
    Le 1er décembre sur la Place de l'Indépendance de Kyiv, on a commencé la construction de la cité des tentes. Il est annoncé le début d'une protestation pacifique, d’une durée indéterminée jusqu'à ce que toutes les exigences de l’Euromaydan soient accomplies.
  • Photo: Sergey Supinsky, AFP
    Sur la place de l'Indépendance, apparaissent une cuisine, unescène, despoints d'information, des centres médicaux, des toilettes, des gardes et même l’université. Tout cela apparaît spontanément grâce à l’union des citoyens sans instructions "d'en haut" de qui que ce soit.
  • Photo: Markiyan Matsekh
    Les mêmes manifestations ont éclaté dans beaucoup de régions du pays. Dans des dizaines de villes les manifestants installent les citée de tentes, organisent des réunions régulières et recueillent des vêtements et de la nourriture pour soutenir les manifestants à Kyiv. Pour soutenir l’Euromaidan, on organise des événements culturels et des marches dans beaucoup de pays du monde entier.
  • Photo: Volodymyr Shuvayev, AFP
    Le président de l'Ukraine Viktor Ianoukovitch n’accepte aucune exigence et refuse d’entrer en dialogue avec les manifestants. Malgré l’engagement public de respecter le droit des gens de manifester pacifiquement, pendant la nuit du 10 au 11 décembre les autorités tentent de détruire la cité des tentes dans le centre-ville de Kyiv.
  • Photo: Maksym Balandiukh
    Des centaines de policiers y compris des escouades spéciales ont été impliquées dans l'attaque contre les manifestants. Toutefois, des milliers d’habitants de Kyiv se sont réunis pour protéger Maidan. Durant nuit, ils ont atteint le centre-ville malgré le fait qu’il faisait -10° C. Les citoyens ont protégé l’accès à la place de l’Indépendance par leurs propres corps et ils n’ont pas permis de détruire la citédes tentes.
  • Photo: Mykhaylo Petiakh
    Le matin, les manifestants ont commencé à exiger la démission du président Ianoukovitch.
  • Photo: Brendan Hoffman, Getty images
    Euromaidan "est resté debout " et est devenu un territoire de la liberté dans un pays où le président Ianoukovitch et son équipe établissaient leurs "ordres". Le centre-ville de Kyiv devient comme Zaporizhzhya Sich des cosaques - une communauté de personnes libres et fières.
  • Photo: Petro Zadorozhnyy
    L'attitude des pouvoirs envers les citoyens augmente le nombre des partisans de l’Euromaidan. Des dizaines de milliers de volontaires ont commencé à soutenir Maidan, en offrant à ses participants des médicaments, de la nourriture etde l'argent.
  • Photo: Vladyslav Musienko
    Afin de discréditer la contestation populaire, le gouvernement a commencé à organiser les démonstrations contre Maidan. Antymaydan (les opposants de Maidan) réunissait les gens que l'on payait pour qu’ils y participent ou ceux que l'on menaçait de licenciement, il s’agissait surtout des fonctionnaires. Outre les groupes de gens défavorisés, à "Antymaydan" on amenait aussi des bandits-sportifs - soi-disant "titushky" - pour qu’ils provoquent des rixes.

Décembre

  • Photo: YURI KOCHETKOV, EPA
    Après avoir perdu des alliés en Europe et l’autorité auprès de ses compatriotes, le président Ianoukovitch se rapproche de la Russie de plus en plus activement. En Ukraine, d’après le modèle russe on commence à violer les libertés civiles.
  • Photo: Maks LEVIN, LB
    Le 16 janvier 2014 arrive un revirement. Le Parlement a adopté illégalement les lois qui restreignaient notablement la liberté d'expression, de réunion et les activités des organisations publiques indépendantes. Les députés ont effectivement mis hors la loi toute tentative d’exprimer une position alternative, pour le faire ils ont introduit la censure d’Internet, l’enregistrement obligatoire des sites web et on commençait à vendre des cartes SIM à la condition de la présence du passeport du client.
  • Photo: ZN.UA
    Ces "lois dictatoriales" ont été adoptées par la majorité pro-présidentielle - le Parti des régions et le Parti communiste, dont la plupart des députés n’ont même pas lu ces lois pour lesquelles ils ont votées.
  • Photo: Kudymets Maksym
    En Ukraine commencent des kidnappings et des passages à tabac des militants civils. On emmène des bandits d' autres régions du pays à Kyiv qui y commencent la terreur dans les rues, ils brûlent des voitures, battent des gens, intimident les autres etc. En contrepoint de ces actes, les citoyens s’unissent y compris en communauté "AutoMaidan" afin protéger la ville contre les partisans criminels du pouvoir actuel.
  • Photo: GURNIAK VIKTOR, LUFA
    Les citoyens n’acquiescent pas vivre sans libertés démocratiques et se révoltent contre la tyrannie. Dans la rue Hrushevskoho à Kyiv, sur le chemin vers le Cabinet des Ministres et le Parlement, il y a des affrontements entre manifestants et policiers. Pour repousser les manifestants la police utilise des armes à feu, des grenades assourdissantes et des véhicules militaires blindés.
  • Photo: Trebukhov Maksym
    En soutenant la police ukrainienne, contrairement aux lois de l'Ukraine, des forces spéciales de Russie participent secrètement aux affrontements. La police bat des manifestants arrêtés et les humilient de différentes façons - par exemple, elle les forcent à se déshabiller complètement dans le froid et à se faire photographier.
  • Photo: Ratushniak Oleksandr
    À la suite des actions violentes et illégales de la police, plusieurs personnes ont été tuées et des centaines de personnes ont été blessées. Au moment où se passent des affrontements dans la rue Hrushevskoho, les autorités organisent également des assassinats et des kidnappings des blessés des hôpitaux où ils se trouvaient.
  • Photo: Kudymets Maksym
    Après quelques jours d'affrontements le pouvoir recule. Euromaidan reste debout jusqu'à ce que toutes leurs exigences énoncées ne soient satisfaites.

Janvier

  • Photo: Maks Levin
    Le 18 février 2014 les manifestants ont organisé une marche pacifique en se dirigeant vers les murs du parlement et en exigeant la suppression des "lois dictatoriales". Cependant, les autorités refusent à nouveau d’écouter les citoyens.
  • Photo: Vladyslav Musienko
    Malgré la promesse du gouvernement d’assurer la sécurité des manifestants, quelques centaines de bandits armés en compagnie de la police attaquent la démonstration. A partir de cette attaque commencent les trois journées les plus sanglantes de l’Euromaidan.
  • Photo: REUTERS, Stringer
    Les autorités recourent aux véhicules militaires blindés, aux tireurs d'élite et aux bandits armés et commencent l'assaut du Maidan.
  • Photo: Alexander Sherbakov, AP
    Plus d'une centaine de personnes ont été tuées et des milliers de personnes ont été blessées.
  • Photo: Yurko Dyachyshyn
    L'assaut sanglant du Maidan a secoué des régions de l'Ukraine.
  • Photo: Yurko Dyachyshyn
    Puisque le pouvoir ignore les exigences des manifestants, dans d’autres régions de l’Ukraine les citoyens s’emparent des locaux des autorités régionales.
  • Photo: Palamarchuk Pavlo
    La police quitte ses agences et se récuse. Pour lutter contre les gangs criminels, on organise la garde civique qui patrouille dans les villes.
  • Photo: YouTube screenshots
    Le président Ianoukovitch perd complètement le contrôle de la situation dans la capitale, dans les régions de l'ouest, du centre et du sud du pays. Dans la nuit du 21 au 22 février 2014 Victor Ianoukovitch quitte Kyiv et se rend à Kharkіv, où après s’être assuré du soutien de la Russie essaie d’organiser le Congrès dans le but de séparer les régions orientales de l'Ukraine. Cependant, ce plan a échoué.
  • Photo: Konstantin Chernichkin, REUTERS
    Ianoukovitch et la plupart des membres de son gouvernement, ayant pris les objets de valeur pillés, ont fui à la Russie. Conformément à la Constitution de l'Ukraine, le fugitif a été destitué de son poste en raison de son incapacité d'exercer les fonctions du président. Jusqu’aux nouvelles élections présidentielles c’est le speaker du Parlement Oleksandr Turchynov qui devient président par intérim. Il est formé un nouveau gouvernement à la tête duquel se met Arseni Iatseniouk.
  • Photo: Yurko Dyachyshyn
    Après la fuite d'anciens dirigeants du gouvernement, les Ukrainiens ont appris de nombreux cas de fraude et de corruption. Le grand public est en mesure de voir les appartements privés du président, du procureur général et d'autres fonctionnaires qui, selon les données officielles, n’avaient aucunes entreprises et ne pouvait donc pas gagner de telles fortune.
  • Photo: Brendan Hoffman, Europress
    Selon le procureur général, Viktor Ianoukovitch a volé au budget de l'État plus de 100 milliards de dollars.
  • Photo: Lazlo Beliczay, EPA
    L’Ukraine a payé un fort prix pour se libérer de la dictature et son choix de faire partie de l'Europe.
  • Photo: Baz Ratner, Reuters
    De novembre 2013 à février 2014, plus de 100 personnes ont été tuées dans la révolution appelée "La Révolution de la Dignité". En outre, les victimes du régime Ianoukovitch étaient aussi les Biélorusses, les Arméniens et les Géorgiens.
  • Photo: Vladyslav Musienko
    Ils sont allés au mémorial des martyrs de l'Indépendance ukrainienne - à "Сentaine de Ciel".
  • Photo: Yurko Dyachyshyn
    Аprès le renversement de Ianoukovitch, la restauration de la vie et des mesures pour stabiliser l'économie pacifique a été faite. L'élections présidentielle du 25 mai est devenu l’objectif principal afin que l'état ait un nouveau dirigeant légitime.
  • Photo: Vladyslav Musienko
    Alors qu’à la capitale la police récupérait ses fonctions, elles étaient assurées par "Autodéfense du Maidan". Ils ont pris en garde les bâtiments des ministères, le Parlement, les ambassades étrangères.
  • Photo: Volodymyr Hontar, UNIAN
    Le nouveau gouvernement rétablit immédiatement la politique de l'intégration avec l'Europe.

Février

  • Photo: Ivan Sekretarev, AP
    Quand il est devenu clair que la tentative de soudoyer le gouvernement ukrainien a échoué et que le nouveau gouvernement se dirigeait vers l'Europe, les dirigeants russes ont eu recours à l'agression militaire directe.
  • Photo: Sean Gallup, GETTY
    Avec la présence de sa propre flotte armée Dans la mer Noire en Crimée, la Russie s’empare des organismes gouvernementaux, des unités militaires et des infrastructures critiques. La Russie a hérité de la flotte en Crimée de l'Union soviétique. Son emplacement sur le territoire ukrainien a été fourni pour une période limitée d'accords internationaux.
  • Photo: ANTON PEDKO, EPA
    Par son agression la Russie viole tous les accords internationaux et intergouvernementaux, qui reconnaissent les frontières existantes et de garantissent l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Par exemple, "Mémorandum de Budapest", signé en 1994. Mais ce n'était que le début du"propre jeu" du président russe Vladimir Poutine.
  • Photo: VIKTOR DRACHEV, AFP
    Dans la République autonome de Crimée, territoire intégrant de l'Ukraine, les troupes russes et les autorités fantoches organisent l’auto-proclamé "referendum" en se joignant à la Russie. Immédiatement, le lendemain la Russie reconnaît les résultats de ce "referendum" et détient par adoption du Kremlin "de nouvelles terres" dans le style de l'Union soviétique.
  • Photo: Ivan Sekretarev, AP
    Sur la péninsule de Crimée, les autorités d'occupation ont lancé l'oppression des Ukrainiens et des Tatars de Crimée. Les patriotes sont enlevés et terrorisés il arrive qu’on les retrouve déjà morts.
  • Photo: Sergei Grits, AP
    La communauté internationale condamne les actions de la Russie et applique des sanctions économiques. L’assemblée générale de l'ONU avec une centaine des votes "pour" reconnaît que la Crimée est ukrainienne. "Contre" - seulement la Fédération de Russie et de ses alliés "spirituels" - Arménie, Bélarus, Bolivie, Cuba, la Corée du Nord, le Nicaragua, le Soudan, la Syrie, le Zimbabwe, le Venezuela.
  • Photo: Artur Shvarts, EPA
    Après la prise de la Crimée, sur la péninsule a été lancée une offensive sur les droits du peuple tatar de Crimée qui n'accepte pas l'occupation, parce que pour la deuxième fois en un siècle ils restent sans patrie. L'ancien dictateur qui a pris la Crimée aux Kırımlı et les a portés en Asie centrale, était Joseph Staline.
  • Photo: Alexander Polegenko, AP Photo
    En Crimée, on commence à kidnapper et à assassiner en raison de la nationalité ou de l’opposition exprimée publiquement. Parmi les pratiques courantes on peut citer les recherches sans fondement, y compris les organisations religieuses musulmanes et les arrestations. Le pouvoir de la Crimée interdit aux Kırımlıt d’abord d'honorer l’anniversaire de l'expulsion de leur peuple; Finalement, on permet de le faire mais sous la supervision de la police et des forces militaires.
  • Photo: Reuters, stringer
    Les autorités russes interdisent aux leaders Tatars de Crimée, Moustafa Djemilev et Refat Chubarov l'entrée en Crimée. A Simferopol on bloque l'activité de Majlis du peuple tatar de Crimée.
  • Photo: Lyseyko Markiyan
    À la suite de l'occupation de la Crimée plus de 19 000 de personnes déménagent vers l’Ukraine continentale.

Mars

  • Photo: REUTERS
    Après l'occupation de la Crimée les autorités russes ont tenté de déstabiliser la situation en Ukraine et séparer huit régions distinctes soitun tiers du total du pays.
  • Photo: YANNIS BEHRAKIS, REUTERS
    Au printemps 2014, les saboteurs russes commencent leur "travail" au sud et l'est de l’Ukraine sans se cacher.
  • Photo: Roman PELIPEY, EPA
    Pour mettre en œuvre la provocation, ils impliquent des personnes pauvres et sans éducation, facilement malléables.
  • Photo: VIKTOR DRACHEV, AFP
    Dans les régions de Lougansk et de Donetsk il est réalisé le "scénario de Crimée" à l’aide des forces spéciales de l'armée russe.
  • Photo: MARKO DJURICA, Reuters
    Les Russes prennent un certain nombre de bureaux administratifs et distribuent des armes aux bandits, soutenus financièrement par la Russie pendant quelques années.
  • Photo: Vk mikaronkainen
    Les six régions du sud et de l'est de l'Ukraine, Donetsk et de Lougansk inclus, que les Russes ont appelé offensivement "Nouvelle Russie"; les provocateurs russes y arrivent massivement afin d’organiser des émeutes.
  • Photo: Sergei Poliakov, AP
    À Odessa, ces manifestations séparatistes se finissent par une tragédie, qui tue plus de 40 séparatistes et les partisans de la Russie.
  • Photo: Олександр Прилепа УНІАН
    Aux régions de Kharkiv, Dnipropetrovsk, Zaporizhzhya, Kherson, Mykolaiv et Odessa il n’y avait pas d'agression et d'intervention des forces russes directes, comme les manifestations séparatistes ont été rapidement neutralisées, souvent par les habitants des villes eux-mêmes.
  • Photo: Reuters
    Le gouvernement ukrainien annonce l’opération anti-terroriste (ATO) sur ces combats russes à Donetsk et Lugansk.
  • Photo: Reuters
    ATO commence dans les conditions les plus difficiles en raison des ravages de Viktor Ianoukovitch et des centaines d'agents de Moscou dans les structures du pouvoir ukrainien, l'armée était presque inactive, le sabotage dominait dans les services de sécurité.
  • Photo: Maks LEVIN
    Certaines parties combattantes des forces patriotiques de sécurité ont pu localiser l'activité des séparatistes. Au ministère de la Défense et au ministère de l'Intérieur on a commencé à créer des bataillons de volontaires. Avec leur aide il est possible d'élever le moral de l'armée et de décourager les militants de l'agression.

Avril

  • Photo: Petro Zadorozhnyy
    Les citoyens ordinaires ont commencé à soutenir activement l’armée ukrainienne. Ils s’organisent et fournissent bénévolement les vêtements militaires, de la nourriture, des médicaments et aident à réparer la technique.
  • Photo: Anastasia Sirotkina, Associated Press
    Malgré les solides efforts de la Russie, le projet de provoquer une scission État a échoué. En particulier, les Russes ne peuvent pas contourner l'élection du Président ukrainien. Dans toutes les régions Petro Porochenko a vécu.
  • Photo: Facebook.com, petroporoshenko
    Le vote a montré que les habitants des différentes régions sont unis dans leur désir de préserver l'intégrité de l'État et construire le pays sur les valeurs européennes.

Mai

  • Photo: Reuters
    Les tentatives russes d'affaiblir l'Ukraine par des unités de sabotage et les mercenaires n'ont pas atteint l'objectif, parce que la Russie lance une invasion de troupes régulières en Ukraine sans une déclaration de guerre.
  • Photo: Reuters
    L'invasion russe provoque l’extension des sanctions contre Moscou par les nations civilisées.
  • Photo: Serhiy Loiko/Facebook
    La Gestion du Kremlin par le contrôle des médias russes tente de cacher à ses propre population la guerre lancée. Mais les cadavres de centaines des citoyens ont commencé à retourner en Russie.

Juin

  • Photo: Oleksandr Ratushniak
    Le 17 juillet 2014 à partir du territoire contrôlé, les terroristes pro russes ont abattu un avion de ligne Boeing-777, qui effectuait un trajet MH-17 "Amsterdam - Kuala Lumpur". 298 personnes ont été tuées.
  • Photo: Joshua Paul, AP
    L'avion a été abattue avec un système de missile anti-aérien "Buk-M", qui a été importé de Russie. Immédiatement après la destruction des terroristes ont pris la responsabilité, mais peu après ont commencé à nier toute implication. La Russie a également activement nié toute implication - y compris l'identité "Buk-M" dans les forces armées.
  • Photo: DOMINIQUE FAGET, AFP
    Dans le même temps, les terroristes ont empêché l'équipe d'enquête internationale de mener une enquête objective sur les causes de la tragédie, Avec une grande zone de l'accident minée. Les parties accessibles de l’avion ont été expulsés par les terroristes vers la Russie pour remettre à la ferraille.

Juillet

  • Photo: Hromadske.tv
    Dans les régions de Donetsk et de Lougansk - zones qui sont contrôlées par des terroristes, la situation est au bord d'une catastrophe humanitaire.
  • Photo: Sergei Karpukhin, Reuters
    Les terroristes ont mené des attaques sur les zones résidentielles et sur les infrastructures.
  • Photo: Mauricio Lima, NYT
    On déploie de nombreux crimes contre des civils , l'intimidation, l'agression, l'assassinat, l'enlèvement et le viol.
  • Photo: EPA
    Dans les villes il y a les militaires-musulmans du Caucase, ce qui indique une influence extérieure sur le conflit en Ukraine.
  • Photo: TASS
    Divers groupes terroristes s'affrontent entre eux pour le contrôle des territoires. Au cours de ces affrontements sont utilises des armes lourdes, conduisant à la mort de civils. À cause des actions militaires dans les régions de Donetsk et de Loughansk, plus de 514 000 personnes ont été obligées de déménager.
  • Photo: Darko Vojinovic, AP
    Avec l'aide active de la Russie les militants de Donbass effectuent une destruction systématique de l'économie et des l'infrastructures.
  • Photo: Maks LEVIN
    960 km de routes, 30 ponts et plus de 4500 maisons sont déjà détruits.
  • Photo: Marko Djurica, Reuters
    Les russes ontemporté l’équipement de quelques sociétés, y compris celles produisant des armes. Le charbon produit dans les mines est aussi illégalement exporté vers la Russie.

Août

  • Photo: Roman Pilipey, EPA
    Le gouvernement ukrainien fait beaucoup pour rétablir la paix et un retour au quotidien dans les zones libérées du terrorisme. Toutes les opérations sont effectuées avec un maximum de precision.
  • Photo: Petro Zadorozhnyy
    Sur le territoire libéré des terroristes, des centaines de tonnes d'aide humanitaire ont été apportés. Presque toutes les écoles et les jardins d'enfants sont récupérés, on paie des pensions et des salaires.
  • Photo: Sergey Kozlov, EPA
    Pour protéger les personnes le Service de sécurité prend des mesures contre les diversions et forme la ligne de la défense, même avec l'aide de bénévoles résidents locaux.
  • Photo: Maks Levin
    Les citoyens de l'Ukraine soutiennent le gouvernement dans la lutte d'ouest en est du pays, des milliers de bénévoles accumulent des millions de hryvnias pour sauver l'armée ukrainienne.
  • Photo: Ukrainian Ministery of DefenSe
    Le formidable essor du patriotisme, union du pays dans la nation, création d’une nouvelle, vraiment nouvelle armée du peuple, voila comment la société ukrainienne a réagi face à l'agression russe.
  • Photo: Maks Levin
    Des centaines de soldats ukrainiens ont donné leur vie dans la guerre pour l'indépendance, ainsi que des civils qui sont victimes d'agression, ils seront les héros de l'histoire moderne de l'Ukraine. Les Ukrainiens sauront le prix de l'indépendance et la garderont.
  • Photo: ROMAN PILIPEY, EPA
    La nouvelle nation ukrainienne européenne ne permet pas à n’importe qui de poser en doute son existence, son histoire, son état.
  • Photo: Petro Zadorozhnyy
    L'Ukraine obtient une nouvelle armée, libre des vestiges soviétiques, l'armée des patriotes pour qui la région de naissance, la langue ou la religion de tout citoyen de l'Ukraine n’ont pas d’importance.
  • Photo: Ministry of Defense of Ukraine
    Bien sûr, notre armée a encore à faire une réforme fondamentale des normes de forces militaires occidentales. Bien sûr, le commandement de l'armée, à cause de leur manque d'expérience, n'est malheureusement pas toujours parfait. Mais l'armée ukrainienne fait des réformes dépassant l'armée russe à tous les niveaux.
  • Photo: GRABAR VITALIY, LUFA
    C'est important que l'armée ukrainienne ait dépassé laRussie au niveau de la moralité. Des dizaines de noms et d' histoires des nouveaux héros ukrainiens seront racontées à leurs descendants. Malheureusement, des milliers de Russes n’ont pas été en mesure de rentrer chez eux et de dire la vérité sur cette guerre insensée commencé par le Kremlin, ils sont anonymes dans des dizaines de fosses communes en Ukraine.
  • Photo: Olivier Hoslet Pool, AFP
    L'année dernière, l'Ukraine a reçu un nouveau président, un gouvernement et un Parlement qui prennent la responsabilité publique de régir démocratiquement le pays et le mener sur la voie europeenne.
  • Photo: Valentyn Ogirenko, REUTERS
    La loi anti-corruption a lancé le processus de la lustration et du nettoyage des autorités. Chaque fonctionnaire qui essayait d'éviter la lustration ou de continuer a se faire corrompre, n’évitera pas la sanction. Les Ukrainiens n’ont plus peur des autorités.
  • Photo: Maks LEVIN
    Le nouveau rideau de fer qui sépare le monde démocratique du monde totalitaire va bientôt apparaître sur la frontière orientale de l'Ukraine. Et la signature de l'association avec l'UE est un premier pas sur le long chemin.
  • Photo: SAUL LOEB, REUTERS
    Les Ukrainiens contemporains tout comme leurs ancêtres de la Rus de Kyiv qui combattaient les Mongols dans les steppes; tout comme les Cosaques, qui arrêtaient l'invasion tatare, ils sont prêts à sauver la civilisation européenne contre les hordes de l'Est.
  • Photo: Ratushniak Oleksandr
    Et cette fois, pour toujours.

Automne